jeudi 2 mai 2019

Une mandibule Dénisovienne sur le plateau Tibétain

Les Dénisoviens représentent une branche sœur des Néandertaliens connue à partir de quelques restes fragmentaires issus de la grotte de Denisova dans l'Altaï. Leur héritage génomique est présent dans plusieurs populations d'Asie, d'Australie et de Mélanésie, ce qui suggère qu'ils devaient être largement répandus autrefois. L'introgression Dénisovienne dans les populations du Tibet inclut une sélection positive à l'adaptation aux hautes altitudes.

Fahu Chen et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: A late Middle Pleistocene Denisovan mandible from the Tibetan Plateau. Ils ont étudié la moitié droite d'une mandibule humaine trouvée dans la grotte de Baishiya en 1980 à 3280 m d'altitude dans le district de Xiahe, en Chine, sur le plateau Tibétain. Des fouilles récentes ont montré la présence d'une importante industrie lithique et des traces de découpe sur des os d'animaux. La présence de carbonate sur la mandibule a permis de dater la formation de cette croûte autour de 160.000 ans.
2019_Denisova_Tibet_Figure3.jpg

La recherche d'ADN ancien sur cette mandibule a échoué, cependant l'analyse du protéome a réussi sur une des dents de la mandibule. Ainsi la mandibule de Xiahe se regroupe avec l'individu Dénisovien de l'Altaï:
2019_Chen_Figure2.jpg

La mandibule de Xiahe montre une morphologie archaïque qui est assez commune parmi les hommes du Pléistocène Moyen. Elle est très robuste, assez basse et épaisse:
2019_Chen_Figure1.jpg

La morphologie des dents se rapproche également de celle des hommes du Pléistocène Moyen. Notamment leur taille est très importante. Elle est équivalente à la taille des dents des hommes de Jebel Irhoud au Maroc, de Tighénif en Algérie ou de Denisova dans l'Altaï. Elle est supérieure à la plupart des hommes du Pléistocène Moyen.

La mandibule de Xiahe est le premier fossile Dénisovien identifié en dehors de la grotte de Denisova. Son âge est proche du plus ancien fossile Dénisovien de la grotte Denisova. Sa présence sur le plateau du Tibet montre que les Dénisoviens ont des racines anciennes dans cette région. Ce fossile est également le plus ancien trouvé sur le plateau Tibétain et confirme que les Dénisoviens se sont probablement bien adaptés aux hautes altitudes avant de transmettre cette fonction aux hommes modernes.