Origine des Juifs Ashkénazes et de la langue Yiddish

Une des dernières langues Européennes dont la classification linguistique et géographique reste peu claire est le Yiddish, la langue native de la communauté juive Ashkénaze dont l'origine est encore débattue. Le Yiddish est parlé depuis le 9ème siècle et mélange des caractères Hébreux, Allemands et Slaves.

Actuellement il y a deux principales hypothèses au sujet de l'origine linguistique du Yiddish. L'hypothèse Rhénane propose que la présence Juive en Europe est expliquée principalement par une première migration en provenance d'Israël vers l'Empire Romain après la destruction du temple d'Hérode en l'an 70. Ensuite il y aurait eu un mouvement des Juifs de France et d'Italie vers la Rhénanie aux 9ème et 10ème siècles accompagné par la naissance de la langue Yiddish basée sur les langues Germaniques et la naissance de la culture Ashkénaze, puis une autre migration d'Allemagne vers l'Europe de l'Est au 13ème siècle.

L'hypothèse Irano-Turco-Slave considère les Juifs Ashkénazes comme les descendants d'une population Iranienne hétérogène qui se sont mélangés avec des Slaves, des Grecs et des Turcs dans l'empire Khazar au 8ème siècle. Dès le premier siècle, de nombreux Juifs habitaient dans l'empire Iranien, descendants des migrants Judéens (exil Babylonien du 7ème siècle av. JC) ou convertis sur place. Ils étaient très actifs dans le commerce international selon les sources historiques. Avec le temps, beaucoup d'entre eux migrèrent vers l'empire Khazar pour accroître leurs opérations mercantiles. Ensuite des Turcs et des Slaves se sont convertis au Judaïsme pour participer au commerce lucratif de la route de la Soie entre l'Europe et la Chine qui était à l'époque essentiellement un monopole Juif. La langue Yiddish est apparue à cette époque comme une langue secrète pour le commerce.

La figure ci-dessous illustre les deux hypothèses: à gauche en bleu l'hypothèse Rhénane et à droite en orange l'hypothèse Irano-Turco-Slave:
2016_Das_Figure1.jpg

Ranajit Das vient de publier un papier intitulé: Localizing Ashkenazic Jews to primeval villages in the ancient Iranian lands of Ashkenaz. Il a analysé le génome de 367 participants au projet Génographique dont les parents sont des juifs Ashkénazes. La grande majorité de ces personnes habitent les États-Unis, ce qui peut apporter un biais à cette étude.

Les auteurs ont comparé le génome des Ashkénazes avec celui de 600 individus appartenant à 35 populations à l'aide du logiciel ADMIXTURE. Le résultat est optimal pour K=9 ascendances:
2016_Das_Figure2A.jpg

Dans l'ouest de l'Eurasie, les ascendances dominantes sont les composantes Méditerranéenne (en rose), Asie du Sud-Ouest (en rouge foncé), et Nord Européenne (en vert). C'est également le cas des Juifs Ashkénazes bien qu'ils présentent également une ascendance Sub-Saharienne (en rouge clair) non négligeable. Les auteurs ont utilisé l'outil Geographic Population Structure pour prédire le lieu d'origine des différents échantillons. Cet outil déduit la position géographique d'un échantillon à partir des proportions des différentes ascendances. Ainsi 78% des échantillons non Juifs de cette étude sont positionnés par cet outil à moins de 250 km de leur lieu d'origine. De nombreux Juifs Ashkénazes sont positionnés au nord est de la Turquie sur la côte sud de la mer Noire. Ils sont situés notamment auprès de quatre villages qui portent un nom dérivé du terme Ashkénaze: İşkenaz, Eşkenez, Aşhanas et Aschuz, à proximité des anciennes routes commerçantes. Un tiers des échantillons Ashkénazes sont positionés entre la Turquie et les pays Slaves indiquant ainsi l'influence Slave. Aucun individu est situé en Allemagne confortant ainsi l'hypothèse Irano-Turco-Slave par rapport à l'hypothèse Rhénane concernant l'orgine de la langue Yiddish.

L'analyse des haplogroupes des Juifs Ashkénazes montrent que les haplogroupes mitochondriaux majoritaires sont K1a, H1, N1, J1, HV et K2a, et les haplogroupes du chromosome Y majoritaires sont J1a, E1b, J2a, R1a et R1b. Notamment certains haplogroupes présents chez les Ashkénazes (H7, I, T2 et V pour mtDNA et Q1b pour Y-DNA) sont absents ou très rares chez les non Ashkénazes. La plupart des haplogroupes du chromosome Y des Ashkénazes sont fréquents dans les populations de l'ouest de l'Asie comme la Turquie, l'Iran, l'Afghanistan ou le Caucase.

En conclusion, l'explication la plus parcimonieuse de l'origne du Yiddish et des Juifs Ashkénazes en fonction des données de cette étude, est donnée par des populations Gréco-Romaines et Irano-Turco-Slaves qui se sont converties au Judaïsme durant le premier millénaire ap. JC. dans une région située entre les mers Noire et Caspienne. Ils étaient des marchands qui se sont alliés pour prospérer. Au moment de l'empire Khazar la langue Hébreu avait disparue depuis 5 ou 6 siècles. Une élite Khazar s'est alors convertie au Judaïsme pour profiter du commerce de la route de la Soie. Les marchands Juifs ont alors créé la langue Yiddish pour communiquer le long des routes commerçantes. A la chute de l'empire Khazar, le monopole Juif sur la route de la Soie s'est terminé. A ce moment le Yiddish était la seule langue parlée par les Juifs Ashkénazes d'Europe et a commencé à intégrer du vocabulaire Germanique.

Commentaires

1. Le samedi 5 mars 2016, 20:37 par rainetto

Cette étude et la théorie Khazar dont elle fait part sont fortement contestées un peu partout sur le net.

Il existe deux théories principales sur l'origine génétique des Juifs Ashkénazes, et elles prennent une importance politique importante de nos jours dans le conflit israélo-palestinien, donc attention ça brule !

1) La théorie de la diaspora directement issue des anciens Juifs du Proche-Orient, qui ont ensuite reçue quelques mélanges assez limités avec les Européens du fait de leur longue présence en Europe. C'est la théorie préférée des Juifs et c'est aussi celle qui semble confirmée par la comparaison génétique entre les Juifs Séfarades (ceux qui sont restés au Proche-Orient depuis plus de deux millénaires) et Ashkénazes, car ils sont resté étonnamment proches génétiquement entre eux. Cette théorie implique aussi que la population actuelle non juive du Proche-Orient a beaucoup changer où a été remplacé par les Arabes lors des invasions islamiques qui ont suivies la grande peste justinenne qui avait préalablement dépeuplée la zone. Dans cette théorie, ce sont les Juifs qui sont plus anciennement autochtones que les Arabes sur le territoire d’Israël !

2) La théorie Khazar, elle est minoritaire et réputée avoir été inventée par des antisémites pro-palestiniens ! Cette théorie, comme expliquée dans ce document, fait venir les Juifs Ashkénazes de marchands khazars qui seraient issus d'un mélange d'iraniens (plus proches des anciens Scythes), de grecs (hellénophones de l'empire Byzantin en général), de slaves et de "turcs", qui se sont ensuite répandus en Europe de l'ouest durant le Moyen-Age en tant que marchants. Avec cette théorie ce sont les Palestiniens qui sont plus autochtones de les Juifs en Israël, ces derniers seraient des néo-envahisseurs !

En ce qui me concerne je ne suis ni juif ni palestinien, je suis neutre comme la Suisse dans cette affaire. Mais avec tout les éléments que j'ai pu voir dans les nombreuses études sur des sujets divers, la première théorie me semble plus prés de la réalité pour une majorité des Juifs Ashkénazes, étant donnée leur ressemblance génétique assez étroite avec les Séfarades.

La Population du Proche-Orient a considérablement changé génétiquement au cours du temps, les Juifs Séfarades sont un isolat génétique (dû à la tradition endogame, ils ne se sont que peu mélangés avec les populations arrivés plus récemment dans la zone), ils représentent donc un échantillon de ce qu'était la population du Proche-Orient vers la fin de l'Antiquité: cette population était génétiquement fort proche Grecs et des Italiens du Sud actuels. Quand on remonte dans des temps encore plus anciens, la population du Proche-Orient étaient génétiquement encore plus "occidentale" comparée aux populations d'Aujourd'hui: c'est à dire des EEF proches des Espagnols et des Sardes actuels si on remonte à l'époque Néolithique. Il y a donc eu génétiquement une orientalisation et une méridionalisation continuelle de la population du Proche-Orient depuis le Néolithique, le processus a continué jusque dans des périodes historiques récentes (période islamique qui a encore connue de profonds changements par des migrations venues du Sud), on ne peut donc absolument pas comparer les populations actuelles aux population historiques ancienne dans cette zone du monde. Or le présent document ne prend pas du tout en compte l’existence de tels changements au cours du temps, ce qui rend les interprétation caducs

Voici ma théorie sur l'origine génétique des Juifs:
Dans les nombreuses APC que j'ai pu voir, les Juifs Ashkénazes et Séfarades sont assez semblables entre eux (les premiers sont un peu mélangés avec des européens, les seconds sont plus ou moins mélangés avec des arabes selon les groupes), et ils sont tout deux très proches des Grecs actuels (qui sont les derniers byzantins au sens ethnique et culturel) et des Italiens du Sud (qui ont longtemps été lié au monde hellénistique culturellement puis dans l'Empire Byzantin). Pour moi cela a du sens ! Cela signifie qu'il s'agit là des vestiges de l'ancienne unité génétique du monde hellénistique (qui a vu les premières communautés de la diaspora juive se former dans les cités comme à Alexandrie, Antioche et Pergame), puis de la partie hellénophone de l'Empire romain (c'est a cette époque qu'est construit le temple d'Hérode, preuve d'une prospérité des communautés juives), et enfin de l'Empire Byzantin qui en a hérité (Constantinople et les autres cités byzantines avaient de fortes communautés juives). Pour moi il y a une certaine unité culturelle et une complète continuité génétique entre ces trois périodes dans toute la zone concernée (hellénophone, mais avec d'autres cultures dont les Juifs entre autres). A ces époques donc la population du Proche-Orient, notamment du Levant, devait plus ou moins ressembler génétiquement aux Grecs, aux Italiens du Sud et au Juifs actuels, il y avait unité génétique dans toute les cités autour de la Méditerranée orientale. Ensuite la peste justinienne suivie des invasions arabo-islamiques, auxquelles s'est ajoutée le commerce des esclaves africains, ont profondément changé la population du Proche-Orient pour devenir ce qu'il est actuellement. Les Juifs Askénaze et Sépharades sont donc, avec les Grecs actuels et les Italiens du Sud, l'un des vestiges génétiques de cette vaste aire de civilisation hellénistiquo-byzantine du passé, les communautés juives se sont formées par agrégation sociale et conversions dans les villes de ce monde là.

2. Le dimanche 6 mars 2016, 08:25 par Bernard

Dans la théorie Khazar, la population Iranienne est composée de juifs issus de l'exil Babylonien (voir la première figure). On ne peut donc pas vraiment dire que les Palestiniens sont plus autochtones que les Juifs au Levant, même si cette théorie inclue un certain nombre de convertis. Ce papier de Ranajit Das est cosigné par une personne de l'université de Tel Aviv que l'on peut difficilement taxer d'antisémite. Il est de plus basé sur l'outil de Eran Elhaik: Geographic Population Structure qui donne de bons résultats sur de nombreuses populations.

3. Le lundi 7 mars 2016, 08:58 par liganol

@ rainetto
De ce que j'ai lu sur plusieurs rapports concernant des tests génétiques faits sur des Juifs, plusieurs allaient plus ou moins dans le sens de cette étude; d'ailleurs, si ma mémoire est bonne, je pense que c'est l'auteur juif Shlomo Sand qui parle de tests génétiques qui furent effectués par des nationalistes juifs afin de montrer la supposé ''racialité des Juifs" et qui se sont retrouvés avec des résultats qui contredisaient tant cette supposé homogénéité que ces derniers gêné ne savaient comment l'expliquer, les résultats de ce test montraient, entre autres, que une bonne partie des Juifs européens avaient bien plus de gènes européens que de gènes orientaux, et cela n'est pas si étonnant, quand on sait qu'à la fin du 1er millénaire avant notre ère et au début de notre ère la conversion au judaïsme s'est faite massivement, surtout dans l'empire romain et chez ces derniers eux-mêmes; d'ailleurs des auteurs romains antiques avaient dit que 10 % des Romains étaient juifs, ce qui est beaucoup, et n'oublions pas que le roi juif Hérode Le Grand n'était pas d'ascendance judéenne, mais bien iduméenne,un peuple arabe.Maintenant que la plupart des Juifs aient un fond commun, c'est normal, puisque le judaïsme leur fut apporté la majorité du temps par des Juifs originels avec qui ils se sont métissés aux fils des générations, ce qui explique que presque tous les Juifs aient un fond commun. Historiquement, n'oublions pas que le judaïsme a été l'un de ces religions oriental qui firent fureur pendant un temps dans l'empire romain et qui irritèrent tant certains intellectuels romains, les autres étant le culte de Mithra et le christianisme qui finira par supplanter les deux autres. Tout ça pour dire que selon moi cette étude est compatible avec les données historiques.

Concernant cette supposé homogénéité génétique ou raciale de l'Orient, dont je doute très fort, si elle a déjà existé, au milieu de premier millénaire avant notre ère c'était déjà de l'Histoire très ancienne si on en croit les observations d'auteurs antiques comme Hérodote et le général grec Xénophon, entre autres, qui vécurent il y a près de 2500 ans. .

4. Le lundi 12 décembre 2016, 04:16 par Jankel

sur le lan linguistique il faut demander aux Linguistes Germanistes de définit le Yiddish...vos élucubrations faisant parler l'Allemand au population slavo turques est assez inepte..la théories rhénane est la seule plausible. J'ai pensé que si les Juifs pouvaient faire un procès pour corruption et vol de biens mobilIers (l'or collecté dans l'Empire pour le Temple de Jerusalem) un Gouverneur Romain défendu Par Cicéron soi-même 44 avant Jesus Christ !!! C'est que les juifs devaient être nombreux et puissants?????
Les Juifs pendant près de 4 siècles convertissent les païens au nord de l'Empire sur le Rhin et sur le Danube au sud...les Juifs de ces zones sont des Germains à moitié des italiques Juifs.Les langues locales franc souabes alamans, de la mer du nord à la Roumanie créent alors avec leurs épouses majoritairement locales, un jargon domestique hébraïsé (Mammaloshen) et les époux germains adoptent ce que parle déjà leur épouse juive... et leurs relations communautaires-Il y a encore dix pages à remplir sur ce thème!

5. Le mardi 27 décembre 2016, 13:12 par Mouh

L'ADN mitochondriale des juifs ashkénazes est unanimement Européen (du sud ou de l'ouest, Gréco-romain ?, sous clades : K1a1b1a, K1a9,d K2a2a et N1b) ! Cette ADN est stable et se transmet exclusivement par la mère. Étonnant quand on sait que la filiation judaïque est maternelle !

L'effet fondateur de la population aschenaze est donc la conversion d'une femme européenne goy probablement à l’issue d'un mariage avec un homme juif. De plus les écrits romains (Flavius Joseph, juif citoyen romain) ne mentionnent aucun exode massif après la seconde destruction du temple. Le motif majoritaire des diasporas juives étaient donc probablement le commerce à l'instar de leurs cousins sémitiques phéniciens.

Du point de vue du chromosome Y (celui du père), les lévites tribut juive (caste des prêtres) sont d'ascendance majoritairement européenne.

6. Le lundi 23 janvier 2017, 19:19 par mhahdione

il y'a trop d’écrits sur ce sujet relatif à l'origine des juifs alors que c'est plus simple de dire la religion d’Israël 'Jacob" et de ces enfants 'les enfants d’Israël ' ont le même ADN qu’Abraham ,donc avec les recherches actuelles ont peut savoir qui est enfant d’Israël et qui est juif convertis
et c'est pas du tout pareil surtout quand en parle d'alliance ou de pacte divin

7. Le jeudi 10 août 2017, 20:51 par Jankel

Faire dériver la construction du Yiddish (alsacien et jusqu'à la Pologne)
par des juifs turco-iranien-grecs est plutôt fort de café!...
D'autre part, supposer qu'en orient eurasiatique à des milliers de km de l'Allemagne, ces mêmes rigolos vont emprunter la langue et les formes des dialectes germaniques anciens, bien avant le haut moyen âge... -Franc-onien-Souabe-Alémanique-Bavarois, est du plus haut comique.
D'autre part, seuls les juifs Hollandais ont un Maximum de Ydna Celto-Germain R1b et surtout saxon notamment: R1b1b2 (25% des hommes juifs...!!!!!) plus à l'est cela tombe à 14/12%) Par ailleurs, ovs auteurs semblent ignorer que les juifs sont nombreux à Rome et jusque sur les Limes du Nord d'où dès l'an 9 de notre ère, la défaite romaine de Varus à Teutoburg interdit pour DES SIECLES l'entrée de Romains en Germanie (qui va jusqu'en Bohême où les Slaves ne sont alors pas encore arrivés!!!) et qui va devenir ainsi jusqu' Clovis et Charlemagne le Privilèges commercial des Juifs Marchants en masse avec les artisans qui les aident dans leurs négoces internationaux..Ils sont avant Jesus christ, si nombreux et riches, qu'ils peuvent se permettre de trainer le Gouverneur Flaccus devant les tribunaux (avec Cicéron pour défenseur! déjà anti-juif dans ses plaidoiries!!!!) pour avoir détorrné des " Biens Sociaux" déjà! Soit l'argent versé par les juifs pour le Temple de jérusalem, dans l'Empire de Jules César ...
Nous sommes alors en MOINS 49 (avant Jesus Christ).
Vos Historiens du Yiddish et vos généticiens me font énormément rigoler et surtout la clique de falsificateurs Behar Skoretzki Ostrer et cie contrés par le cinglé (qui part de prémisses justes mais offrent des conclusions absurdes!!!!) j'ainommé Shlomo Sand.
A cet avis là, il faudrait vider la France de la moitié de ses habitants qui ne sont pas des groupes anciens I1 G et surtout R1B et subclades celto-germains majoritaires en France nu Nord et de l'Ouest...

J'ajoute que la seules explication du Yiddish quant à sa naissance en quelques 9 diècles sur du très vieil haut Allemand, procède de la conversion massive de paiens dès avant JC et l'entrée de femmes européennes (Costa Pereira Richard) dans les familles où le dialecte local parlé par les Mères fut hébraisé progressivement en famille en restreignant FORCEMENT la Mmeloschen au Milieu juif. L'évolution séculaires puis la fuite à l'Est après 1096...1350, chez les Slaves accueullants a slavisé la langue comme elle s'est "américanisée" à New York!
Tout est donc à revoir mais les juifs ne veument pas de Mamme Schikse...malheureusement 92% des femmes ahské,azes sont de groupes paléolithique européens!!!!!!

8. Le lundi 25 décembre 2017, 08:51 par Chasseur de Grive

Je remarque que l'on a des opinions assez tranchées à propos de tout et de rien. Je ne comprends rien à la génétique mais je sais que les Iraniens sont donnés pour être Aryens.
Je viens de lire les commentaires dans leur ensemble outre l'étude qui est ce qu'elle est, le premier a le mérite de souligner quelque chose de très important. L'uniformité du monde méditerranéen antique. Faut il rappeler que des tribus celtes ont traversé l'Helespont et se sont installées sur les bords de la mer noire en Turquie actuelle? Faut il rappeler également que les Francs isolés dans leurs marais hollandais prétendaient venir de Troie et qu'un empereur a déporté l'une de leur tribu sur les bords de la mer Noire. D'où ils sont revenus par navires en causant pas mal de destructions sur leur passage...
Identiquement faut il rappeler que ce que l'on nomme Solymes renvoie à Homère qui renvoie à Troie et que pour Strabon qui reproche à Homère d'en placer dans tous les endroits stratégiques des côtes méditerranéennes, les Solymes sont à situer entre l'Helespont et l'Ethiopie Sinaïque ,pas l'Ethiopie reconnue telle de nos jours.Ce n'est que plus tard que les Solymes sont situés en Lydie, et pour cause l'île qui donne le jour à Minos est située près de ses côtes.
Faut il également rappeler que Ménélas ne tient sa royauté que par sa femme Hélène. C'est elle la fille du Roi et c'est elle qui tient la terre, pas son barbare de mari. Ce qui explique pourquoi il court après...
Par conséquent il n'y a rien d'étonnant de trouver des mélanges génétiques de populations divergentes pour un peuple constitué par la navigation et le commerce dés l'origine.Une population qui faisait partie d'un ensemble plus vaste et qui a dominé la Méditerranée avant l'empire Romain et ce que l'on nous donne aujourd'hui pour les phéniciens, ou les peuples de la mer etc et que l'on peut définir comme étant l'empire Crétois composé de cent peuples différents dont les Hébreux, sortis d'où ils affirment être venu.C'est à dire de Palestine, ou mieux d'Israël après l'avoir perdu, puis regagné plusieurs fois au cours du temps. Ils perdent la terre de Jacob après avoir suivit l'arche d'alliance celle de Noé ,le navire, et fuient l'empire de Minos qui veut que des Guerriers et commerçants, marins bâtissent des murs et relèvent des bâtiments effondrés pour regagner la terre promise aux vieux marins, en croisant au large dans l'attente d'un signe. Il se manifeste quand le pays recrache ses habitants, nouveaux venus pour les Hébreux.Un pays ne recrache pas ses habitants dans un désert mais bien sur l'eau pas ailleurs . Sur l'eau où l'on voit des corps flotter.Le terme de Nomade n'est pas le propre des habitants des déserts et il existe plusieurs formes de déserts. Celui de la mer est tout aussi aride que celui du sable chaud.
Par conséquent dés l'origine les Hébreux sont mélangés aux femmes des autres îles, puis au peuples qu'ils côtoient. Il n'y a donc rien d'étonnant qu'ils aient continué plus loin ,plus haut, par nécessité.
D'où ils viennent mais de la conversion et de leurs origines primitives Qui sont déjà un mélange. Qu'est ce qu'Adam sinon un homme qui vit sur une île dans un jardin d'éden qui prend pour son corps ,qui croit planer au dessus des eaux parce qu'il n'a pas les moyens technique de savoir ce qu'il y a en dessous et qui franchit la mer pour aller sur les côtes des son pays chercher une femme issue de sa côte vivant dans un marais boueux qui a façonné ce qu'il est l'homme ou l'être humain?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://secher.bernard.free.fr/blog/index.php?trackback/180

Fil des commentaires de ce billet