Les steppes Eurasiennes ont été le lieu de nombreux mouvement de populations. Après les migrations massives au début de l'Âge du Bronze liées à la culture Yamnaya, des mouvement importants de populations interviennent au début de l'Âge du Fer lors de la formation de la culture Scythe. La question de savoir si cette dernière est un conglomérat de tribus locales ou le fruit d'une migration venue d'Asie Centrale est toujours débattue.

Marie Järve et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Shifts in the Genetic Landscape of the Western Eurasian Steppe Associated with the Beginning and End of the Scythian Dominance. Ils ont séquencé le génome de 31 anciens individus des steppes Eurasiennes dont deux Ukrainiens de l'Âge du Bronze, un individu de la culture Srubnaya, trois Cimmériens, neuf Scythes d'Ukraine, huit Scythes et Sarmates du sud de l'Oural, quatre Scythes du Kazakhstan, un Sarmate du Caucase et trois individus de la culture de Tcherniakhov qui a succédé à la culture Scythe en Ukraine:
2019_Jarve_Figure1.JPG

Les auteurs ont réalisé une Analyse en Composantes Principales afin de comparer ces nouveaux génomes avec ceux préalablement publiés d'anciens individus et de populations contemporaines:
2019_Jarve_Figure2.JPG

La figure ci-dessus confirme la nature de conglomérat de tribus distinctes dans le monde Scythe. En effet les différents groupes se scindent en différents clusters génétiques: Ukrainiens de l'Âge du Bronze, Scythes Ukrainiens, Scythes et Sarmates du sud de l'Oural, Scythes du Kazakhstan et individus de la culture de Tcherniakhov.

De manière intéressante, les anciens individus ne se superposent pas avec les populations contemporaines (en gris). De plus les Scythes Ukrainiens forment un gradient entre les Scythes et Sarmates du sud de l'Oural et les populations Européennes. Le groupe des Scythes du Kazakhstan est plus éparpillé et s'étire vers les populations est Asiatiques, quoique positionnés à la gauche des anciens Sakas. D'autre part, les individus de la culture de Tcherniakhov se regroupent avec les populations Européennes. De manière générale les anciens Scythes de cette étude ne se regroupent pas avec les individus de l'Âge du Bronze des steppes Eurasiennes, car ils ont une origine plus orientale.

L'analyse avec le logiciel ADMIXTURE pour un paramètre K=5 révèle trois ascendances majeures: une primordiale chez les chasseurs-cueilleurs Européens, une primordiale chez les anciens Natoufiens du Proche-Orient et chez les anciens fermiers du Néolithique et une primordiale chez les sud Asiatiques. Cependant tous les individus de cette étude possèdent également deux ascendances orientales: une primordiale chez les Nganassanes de Sibérie et l'autre primordiale chez les chinois Han. Ces composantes orientales sont présentes à diverses proportions selon les groupes, et plus fortes chez les Scythes de l'Oural ou du Kazakhstan.

Les auteurs ont ensuite utilisé les logiciels qpAdm et ChromoPainter pour mieux analyser l'ascendance de ces anciens individus. Les résultats montrent que les Scythes et Sarmates possèdent plus d'affinité génétique orientale (en vert dans la figure ci-dessous) (à l'exception des Scythes hongrois) que les populations de l'Âge du Bronze des steppes. Cette affinité est plus importante chez les Scythes orientaux. Par contre les individus de la culture de Tcherniakhov n'ont pas cette affinité orientale:
2019_Jarve_Figure3.JPG

Les auteurs ont ensuite étudié une éventuelle corrélation de la proportion d'ascendance orientale avec la géographie. Les Scythes et Sarmates montrent une décroissance linéaire entre cette proportion et la distance à l'Altaï. Cependant les populations de l'Âge du bronze des steppes et les individus de la culture de Tcherniakhov, ont une proportion plus faible d'ascendance orientale que celle attendue en fonction de leur distance géographique à l'Altaï. Ces résultats sont compatibles avec une diffusion de la composante génétique orientale vers l'ouest durant la période Scythe, probablement corrélée avec un certain niveau de migration de populations. La discontinuité génétique qui apparait dans le culture de Tcherniakhov est probablement liée à l'apparition d'une composante Gothique.