La structure génétique de la population Japonaise actuelle est le résultat de plusieurs migrations et de mélanges génétiques. La période Jomon a duré entre 16.000 et 2800 ans avant maintenant. Durant cette période le peuple Jomon correspondait à la population préhistorique du Japon.

Noboru Adachi et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Ancient genomes from the initial Jomon period: new insights into the genetic history of the Japanese archipelago. Ils ont séquencé le génome d'un individu issu du site archéologique de Higashimyo situé près de la ville de Saga sur l'île de Kyūshū au Japon. La datation radiocarbone a donné des dates comprises entre 7980 et 7460 ans avant maintenant qui correspondent à la période initiale Jomon. Il s'agit des restes humains parmi les plus anciens du Japon:

2021_Adachi_Figure1.jpg, avr. 2021

Les résultats ont montré que cet individu était un homme. Son haplogroupe mitochondrial est M7a1a différent de l'haplogroupe mitochondrial N9b des anciens Jomons de l'est du Japon, et son haplogroupe du chromosome Y est D1b identique à celui de l'ancien Jomon de Funadomari.

Les auteurs ont réalisé une Analyse en Composantes Principales:

2021_Adachi_Figure4.jpg, avr. 2021

Tous les anciens Jomons (Funadomari, Sanganji et Ikawazu) se regroupent en haut à gauche de la figure ci-dessus suggérant qu'ils appartiennent à la même population génétique.

La statistique f3 montre que les autres anciens Jomons du Japon sont plus proche de l'ancien Jomon de Higashimyo, suivi des populations actuelles du Japon, des Oultches de Sibérie orientale, des Coréens, des aborigènes de Taïwan (Ami et Atayal) et des populations des Philippines. La statistique f4 révèle que l'ancien Jomon de Higashimyo partage plus d'allèles avec les Japonais, les Oultches et les Coréens qu'avec les Hans chinois.

Les auteurs ont ensuite construit un arbre qui montre également que les anciens Jomons se regroupent ensemble:

2021_Adachi_Figure5.jpg, avr. 2021

Enfin ils ont estimé la proportion d'ascendance Jomon dans les populations actuelles de la région: 9,7% chez les Japonais, 5% chez les Coréens et entre 6 et 8% chez les Oultches.