Le Zoroastrisme est une religion de différentes tribus d'Iran et d'Inde du Nord, supposée fondée par le prophète Zarathoustra qui vivait autour de 1200 av. J.C. Cette religion est devenue la religion d'état de trois grand Empires Iraniens: les Achéménides entre 559 et 330 av. J.C., les Parthes entre 247 av. J.C. et 224 ap. J.C. et les Sassanides entre 224 et 651 ap. J.C. jusqu'aux conquêtes Arabes.

D'après la tradition, un groupe de Zoroastriens d'Iran a navigué vers les côtes de l'Inde du Nord pour échapper aux persécutions Musulmanes. Ils ont débarqué dans le Gujarat où ils ont pu s'installer et pratiquer leur religion. La date de cette arrivée est sujette à débat et varie entre 785 et 936 ap. J.C. Les Zoroasriens d'Inde (appelés Parsis) ont toujours gardé le contact avec les Zoroastriens d'Iran. Aujourd'hui, les communautés Zoroastriennes sont concentrées en Inde (61.000 individus), dans le Sud du Pakistan (1675 individus) et en Iran (14.000 individus). Cependant durant les 200 dernières années, des communautés se sont formées aux États-Unis (14.300), au Canada (6400), au Royaume-Uni (5000), en Australie (3808) et au Moyen-Orient (2030). Le Zoroastrisme est une religion non prosélyte avec une hérédité masculine chez les prêtres.

Saioa López et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: The genetic legacy of Zoroastrianism in Iran and India: Insights into population structure, gene flow and selection. Ils ont analysé le génome de 526 hommes d'Inde, Iran, des Émirats Arabes Unis et du Royaume Uni. Ces données ont été comparées à différentes populations mondiales et à quelques génomes anciens d'Europe, d'Asie et d'Afrique.

Les auteurs ont réalisé une Analyse en Composantes Principales:
2017_Lopez_FigureS3.jpg

La plupart des Zoroastriens Iraniens (points vert clair) se regroupent avec les autres échantillons Iraniens (points vert). Les Parsis (points bleu clair) s'étirent le long de la composante PC1 entre les Iraniens et les échantillons Indiens (points bleu).

Le logiciel fineStructure permet de regrouper les échantillons Indiens et Iraniens en 51 groupes différents. Un de ces groupes comprend les 13 Parsis et un autre 27 des 29 Zoroastriens d'Iran plus un autre Iranien:
2017_Lopez_Figure1A.jpg

Les mesures de distance génétique montrent que les Zoroastriens sont fortement génétiquement différentiés des échantillons non Zoroastriens. Ces résultats indiquent une forte isolation génétique des groupes Zoroastriens. Cependant les Parsis montrent davantage de mélange génétique avec les groupes non Zoroastriens d'Inde.

Les analyses des haplogroupes mitochondriaux et du chromosome Y montrent également moins de diversité génétique chez les Zoroastriens que chez les non Zoroastriens.

L'analyse de la statistique f3 montre que les Parsis sont composés d'une ascendance Indienne et d'une ascendance proche des anciens Néolithiques d'Anatolie ou des populations actuelles du Proche-Orient. Par contre pour les Zoroastriens d'Iran, aucun mélange génétique n'est détecté.

L'analyse avec le logiciel GLOBETROTTER permet d'identifier un mélange génétique chez les Parsis entre une population actuelle d'Inde (30%) et une population actuelle d'Iran (70%) qui remonte entre 27 et 32 générations. Chez les Zoroastriens d'Iran un mélange génétique entre une population actuelle de Croatie ou de Chypre et une ancienne population Néolithique d'Iran et qui remonte à environ 66 générations, est détectée.

L'haplogroupe du chromosome Y principal chez les Zoroastriens (Iraniens ou Indiens) est J alors que chez les non Zoroastriens d'Inde et du Pakistan l'haplogroupe dominant est R. A l'inverse, tous les groupes d'Inde et du Pakistan ainsi que les Parsis ont un haplogroupe mitochondrial principal qui est M, différent des Zoraostriens d'Iran. Les Parsis sont très proches des Zoroastriens d'Iran concernant le chromosome Y, alors qu'ils en sont éloignés concernant l'ADN mitochondrial. Ainsi la contribution des Zoroastriens Iraniens aux Parsis est de 96% sur le chromosome Y, alors qu'il est seulement de 8% sur l'ADN mitochondrial. Ces résultats indiquent que la migration des Zoroastriens d'Iran vers l'Inde a été essentiellement composée d'hommes qui ont pris des femmes localement en Inde.

De plus, l'étude des haplogroupes du chromosome Y des prêtres Parsis montre qu'ils descendent de seulement deux ascendants fondateurs dont l'âge remonte à 37 (1036 ans environ) et 31 (868 ans environ) générations respectivement.