Génomes Ibéromaurusiens du Maroc

Le Sahara est une barrière éco-géographique aux migrations humaines en dehors des périodes où l'humidité permet au désert de verdir. L'Afrique Sub-Saharienne abrite les lignages les plus divergeant parmi l'ensemble des branches humaines, ce qui implique que tous les Eurasiens descendent d'un groupe humain qui a quitté l'Afrique entre 50.000 et 100.000 ans. De manière intéressante les populations actuelles d'Afrique du Nord partagent une majorité de leur ascendance avec les populations du Proche-Orient, indice d'un retour vers l'Afrique d'anciennes populations Eurasiennes.

Marieke van de Loosdrecht et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Pleistocene North African genomes link Near Eastern and sub-Saharan African human populations. Ils ont séquencé le génome complet de cinq squelettes, et obtenu la séquence mitochondriale de sept individus de la Grotte des Pigeons à côté de Taforalt à l'Est du Maroc, datés entre 15100 et 13900 ans. Les individus de Taforalt sont associés à la culture Ibéromaurusienne dont l'origine est débattue. Ces génomes ont été comparés à d'autres anciens génomes et au génome de populations actuelles:
2018_VanDeLoosdrecht_Figure1.jpg

Parmi les cinq anciens individus dont le génome complet a été séquencé, il y a quatre hommes et une femme. Les auteurs ont ensuite réalisé une Analyse en Composantes Principales:
2018_VanDeLoosdrecht_Figure2A.jpg

Les individus de Taforalt (disques rouges ci-dessus) se regroupent dans une position intermédiaire entre les Nord Africains actuels (Saharawi, Mozabites, Berbères) et les Africains de l'Est (Afar, Oromo et Somali).

D'autre part tous les hommes sont de l'haplogroupe du chromosome Y: E1b-M78. Cet haplogroupe est fréquent aujourd'hui en Afrique du Nord et de l'Est. La branche voisine E1b-M123 a été détectée chez les anciens individus du Levant: chasseurs-cueilleurs Natoufiens et premiers Néolithiques pré-poterie.

Une analyse avec le logiciel ADMIXTURE pour K=10 suggère également une connexion entre les anciens individus de Taforalt et les anciens individus du Levant (ascendance verte):
2018_VanDeLoosdrecht_Figure2B.jpg

Les autres composantes principales des squelettes de Taforalt sont une ascendance Est Africaine (en marron) qui est maximale chez les chasseurs-cueilleurs Hadza, et une ascendance Ouest Africaine (en magenta). De manière intéressante, à l'inverse des anciens individus de Taforalt, les populations actuelles d'Afrique du Nord ont beaucoup moins de composantes Sub-Sahariennes.

Les statistiques f3 et f4 confirment que les anciens individus de Taforalt ont le plus d'affinité génétique avec les anciens individus du Proche-Orient, notamment les Natoufiens. Ces outils montrent également que les Ibéromaurusiens ont reçu une contribution génétique de populations Sub-Sahariennes (surtout Ouest-Africaines comme les Mende ou les Yoruba), mais aucune de population Européenne. Le génomes de ces anciens individus peut être modélisé comme un mélange génétique de 63,5% d'ascendance proche des populations Natoufiennes et 36,5% d'ascendance Sub-Saharienne.

Les séquences mitochondriales obtenues appartiennent aux haplogroupes U6a pour six individus et M1 pour le septième:
2018_VanDeLoosdrecht_FigureS13.jpg

Ces haplogroupes sont présents actuellement essentiellement en Afrique du Nord et de l'Est. Ce sont des marqueurs typiques Maghrébins qui sont originaire d'Asie de l'Ouest et qui sont entrés en Afrique au Paléolithique. Leur présence chez les Ibéromaurusiens de Taforalt prouve leur présence au Maroc il y a 15.000 ans. Les auteurs ont analysé les anciens mitogénomes et les individus actuels d'haplogroupe U6 ou M1 avec le logiciel BEAST. Ils ont montré que U6 a émergé il y a environ 37.000 ans, U6a et M1 il y a environ 24.000 ans. Ce dernier âge correspond à l'émergence de la culture Ibéromaurusienne en Afrique du Nord-Ouest.

Dans cette étude, les auteurs ont mis en évidence une connexion génétique entre l'Afrique du Nord et le Proche-Orient précédent le Néolithique d'au moins 4000 ans. Ils ont également rejeté un éventuel flux de gènes épi-gravettien en provenance d'Europe du Sud.

Commentaires

1. Le dimanche 18 mars 2018, 00:38 par Méridien

Résultat super intéressant, on a donc des haplogroupes Y EM78 et des haplogroupes mitochondriaux eurasiens.
Et si, en réalité, ces individus Ibéromaurusiens de Taforalt n'avaient pas d'influence africaine mais étaient liés à une population qui a contribué au génome des africains de l'est et de l'ouest ?
Cette population proche des ibéromaurusiens portant ses marqueurs génétiques spécifiques aurait donc migré dans le paléolithique en Afrique d'où le fait qu'on retrouve cette pseudo affinité africaine chez eux. Si des africains pris comme référents de comparaison avaient hypothétiquement une ascendance eurasienne semblable , tout naturellement on retrouverait cette affinité chez les ibéromaurissiens.

2. Le lundi 19 mars 2018, 06:34 par liganol

Bonjour Méridien, pour vous répondre je pense que non, tout simplement parce que,de ce que j'ai lu d'autres études génétiques, les Yoruba et les Mendes seraient composés en majeure partie d'une population ancestrale de l'Afrique de l'Ouest, de la même façon qu'aujourd'hui les Sardes sont presque composé uniquement de EEF. Ce serait d'ailleurs pour cette raison qu'ils serviraient souvent de référence comme population sub-saharien. Et c'est sûrement pour cela aussi que ceux qui ont fait cette étude n'ont pas pensé à votre hypothèse, parce que cela reviendrait à dire que les Yoruba et les Mendes ne sont pas des Sub-sahariens mais des Eurasiens, ce qui, vous en conviendrez, n'aurait pas de sens.
De plus cette découverte n'a plus rien d'extraordinaire, vu une récente étude génétique sortie que Bernard a d'ailleurs mis sur ce site, et dont vous pouvez lire intégralement l'analyse en anglais par le lien que Bernard a mis sur l'article. Cette étude démontre que pendant les moments où le Sahara était vert, si des Eurasiens en ont profités pour descendre plus bas en Afrique, des Sub-sahariens en ont aussi profiter pour monter dans le Nord et même sortir d'Afrique. D'après cette étude la plupart des haplogroupes sub-saharien mithochondriaux qu'on retrouveraient aujourd'hui chez des Africains du Nord dateraient de l'époque de l'esclavage, alors que à leur surprise, la plupart des haplogroupes Y sub-sahariens qu'on retrouveraient chez les Africains du Nord dateraient, eux , du Paléolithique ; ce qui signifie que cette étude ne ferait donc que confirmer ce que l'autre avait découverte.

3. Le lundi 19 mars 2018, 18:33 par Méridien

Bonjour Liganol, pourriez vous me donner le lien de cette étude ?
La question de l'influence supposée eurasienne des sub-sahariens a été débattu dans nos commentaires précédents.
Vous me disiez justement que les Africains étaient de purs "négroides" et je vous ai répondu qu'il était fort probable qu'ils avaient, en réalité, un certain mélange eurasien.
Dans le cas où ils auraient, disons, 10% d'héritages eurasiens et qu'ils soient pris, par les généticiens, comme référence exclusive SSA, les résultats seraient faussés.
D'où le fait que je dise que loin de moi l'idée de donner des leçons sur les méthodes de travail des généticiens, mais ils peuvent se tromper et aller un peu vite en besogne en catégorisant telle population comme "pure".
Ils révisent, eux même, leur conclusions après des découvertes et un meilleur ajustement de comparaison.
Rappelez vous Liganol que tous les composants sont relatifs. Je ne pense pas dire de bêtise, en disant que si dans le futur on analyse des échantillons plus anciens, toutes les catégories de composants (EEF etc) risquent de bouger.

4. Le lundi 19 mars 2018, 19:08 par Méridien

Je crois que vous n'avez pas compris là où je voulais en venir dans nos débats précédents.
Supposons, imaginons, qu'on séquence des échantillons d'Afrique de l'Ouest de de l'Est datés de -15000 et qu'on les compare, en distance génétique (stat D) aux Yorubas modernes et aux eurasiens, si les Yorubas se révèlent plus proches des eurasiens que ne l'étaient les anciens africains de -15000, cela voudrait dire qu'ils (Yoruba) ont hérité d'une influence eurasienne supplémentaire postérieure.
Si une population eurasienne pure portant une signature génétique spécifique aurait contribué au génome des africains en migrant très tôt en Afrique, elle serait plus proche d'eux que les autres populations eurasiennes parce que les africains en portent une part d'héritage, mais cela ne voudrait pas dire qu'à la base, avant le mélange, cette population avaient une influence sub-saharienne.

5. Le mercredi 21 mars 2018, 07:32 par liganol

Je comprend ce que vous dites Méridien et je suis même en accord avec plusieurs de vos arguments, mais pour ce cas-ci je vais vous expliquer ce que je veux dire : Quand on dit que des peuples d'Afrique de l'Est ont reçu un flux de gènes d'une population proche des Sardes, on parle de la partie EEF des Sardes, et non de leur partie Yamnaya, c'est-à-dire de la partie qui représente leur composante principal, car les Sardes ne sont pas des purs EEF, ils ont aussi un petit pourcentage de Yamnaya, la moins élevé de l'Europe c'est vrai mais quand même un petit peu. De la même façon les Yorubas et les Mendes sont composé en majorité d'une sorte de composante Basal West African qu'on retrouve d'ailleurs plus chez les Mendes que les Yorubas comme le mentionne une étude que Bernard a d'ailleurs mis sur ce site. On retrouve aussi cette composante chez tous les peuples d'Afrique de l'Ouest, c'est l'équivalent du WHG des Européens de l'Ouest. Hors cette étude précise justement que la contribution sub-saharienne reçu par les hommes de Taforalt est issus d'un peuple de l'Afrique de l'Ouest comme les Yorubas et les Mendes, il est certain qu'elle ne parlait pas spécifiquement de ces peuples qui n'existaient pas à cette époque, mais bien de leur ancêtres porteur de cette composante Basal West African qu'ils partagent tous les deux ainsi que les autres peuples de l'Afrique de l'Ouest, et certainement pas d'une autre composante minime de ces peuples , auquel cas je pense logiquement qu'ils auraient plutôt mentionné qu'un peuple qui a un peu contribué aux Yorubas et aux Mendes a beaucoup contribué aux hommes de Taforalt.
Pour moi il me semble logique que c'est ainsi qu'ils ont opéré, sinon votre hypothèse deviendrait possible. Mais comme je vous l'ai dit dans mon message précédent, il n'y a rien d'extraordinaire au conclusion de cette étude, puisqu'une autre étude récente mis sur ce site par Bernard a justement démontré que les périodes de Sahara vert ont profité aux Eurasiens qui sont descendus plus bas en Afrique et apporter l'haplogroupe Y R1b-V88 qui daterait de cette époque, mais aussi aux Sub-sahariens qui seraient montés au Nord et auraient apportés la plupart des haplogroup Y sub-saharien qu'on retrouve aujourd'hui chez des Africains du Nord et qui datent presque tous du Paléolithique.

6. Le jeudi 22 mars 2018, 07:45 par M81

En fait maintenant que les génomes des Taforalt sont disponibles, bcp d'entre nous on pu les analyser à l'aide de différénts outils. Et comme nous l'avons remarqué, la contribution sub-saharienne mentionné par les auteurs n'en est pas réellement une. En effet par exemple les Néandertals et les Dénisoviens modélisés de la même manière apparaissent aussi comme 100% sub-sahariens, ce qui est erroné bien entendu (contribution SSA qui apparait également chez les Natufiens en utilisant la même modélisation ques les auteurs or ils n'en ont pas). Il pourrait donc s'agir de la même manière chez les Taforalts de quelque chose d'autre voire pourquoi pas une contribution d'anciens hominidés. Mais vraisemblablement pas de contribution SubSaharienne.

7. Le jeudi 22 mars 2018, 10:59 par liganol

@M81
Vous êtes en train de me dire que des chercheurs sérieux auraient pu faire une telle erreur et ne pas le voir ? J'en doute. Quand ils font une telle erreur ,ils s'en rendent compte et publient un erratum ensuite, si vous vous l'avez remarqué, ce n'est pas eux qui ne l'auraient pas remarqué.

Et maintenant vous ajoutez un ancien hominidés, si c'était le cas ils l'auraient tout de suite vus et à cette époque les autres hominidés avaient tous disparus de la Terre à part la nôtre.

8. Le jeudi 22 mars 2018, 22:18 par M81

@liganol
Effectivement, c'est tout à fait possible car le SubSaharien parait peu probable. Des études ultérieures, notamment portant sur des restes d'Atériens devraient apporter plus d'information, mais attendons un peu, effectivement.

En tout cas ce qui est déjà très intéressant, c'est que l'analyse de ces génomes Ibéromaurusiens que nous avons pu effectuer (voir notamment sur le site Eurogenes) permet maintenant de modéliser de manière très efficace les populations modernes d'Afrique du Nord-Ouest à l'aide de populations anciennes ce qui n'étaient guère possible jusqu'à maintenant. Ce que nous obtenons est une contribution d'Ibéromaurusiens chez les Africains du Nord qui varie entre 20-25% chez les Tunisiens, Marocains et Algériens, 30% chez les Mozabites et 35% chez les Saharawi (entre 5 et 10% seulement chez les Egyptiens et Libyens).

De même cela permet d'estimer la contribution Sub-Saharienne récente "réelle" (très certainement liée à la traite transsaharienne ) qui est d'environ plus ou moins 10% chez les Maghrébins modernes (et pas 20%)

On dénote ainsi une continuité génétique relativement importante entre les Ibéromaurusiens et les populations modernes d'Afrique du Nord.

9. Le samedi 24 mars 2018, 02:56 par liganol

@M81
Vous avez raison, la contribution sub-saharienne a été surtout faite pendant la traite transsaharienne, mais même auparavant elle existait déjà ; il y a toujours eu un flux de gènes entre l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne, sauf qu'avant la traite transsaharienne ce métissage était plutôt ponctuel, occasionnel,minime comme le disent certains auteurs. D'ailleurs le spécialiste J. Desanges, si ma mémoire ne me trompe pas, avait déjà noté que dans des rares cas il arrivait qu'on retrouve des traits sub-sahariens chez certains Capsiens, ce qu'il traduisait par un métissage avec un peuple sub-saharien de l'époque. De plus il y a plus de 2000 ans un Grec de l'Antiquité qui parlait des berbères les décrivaient comme des blancs aux yeux bleus en majorité, mais il ajoutait qu'une minorité d'entre eux avait la peau basanée et étaient issus de métissages avec des Éthiopiens (nom générique que les Grecs et Romains donnaient aux noirs ), et cela c'est sans oublier une récente étude qui démontre que contrairement aux haplogroupes mitochondriales sub-sahariens, la plupart des haplogroupes Y sub-sahariens qu'on retrouve aujourd'hui chez certains Africains du Nord, ne proviennent pas de l'époque de la traite transsaharienne mais plutôt du Paléolithique, alors moi je ne vois pas ce que cette étude a d'improbable, et à moins que ces chercheurs publient un erratum plus-tard, je la considère fiable.

Concernant le pourcentage de sub-saharien trouvé aujourd'hui chez les Africains du Nord, vous avez probablement raison pour la majorité, mais il est certain que ce n'est pas le cas de tous. De visu je peux vous dire que certains des Maghrébins que j'ai rencontré ou connu étaient probablement composé de plus de 20 % de sub-sahariens, et certains d'entre eux si je les avais rencontré dans un quartier noir ou dans les Antilles, je les aurais pris pour des métis de 1ère génération noir/blanc. D'ailleurs je ne vous raconte pas le nombre de fois où il m'est arrivé de voir des métis être pris pour des Maghrébins par des Maghrébins eux-mêmes.

10. Le vendredi 15 mars 2019, 02:02 par amnay

@liganol "D'ailleurs je ne vous raconte pas le nombre de fois où il m'est arrivé de voir des métis être pris pour des Maghrébins par des Maghrébins eux-mêmes." totalement faux, rares, très rares sont les fois où des Maghrébins prennent des métis pour des Maghrébins, la différence physique entre certains maghrébins ayant des origines subsahariennes et les métis de type antillais, guadeloupéens ou d'autres métis européen-subsaharien est très grande et l'on ne prend jamais des métis pour des maghrébins. Les rares fois où des gens confondent cela vient d'Européens et non pas de Maghrébins qui font totalement la différence physiquement. Les fois où des Maghrébins vont se tromper et prendre des étrangers pour des Maghrébins concernent certains types de Sud-Européens (Espagnols, Italiens, Portugais, Grecs...) ou des Moyen-Orientaux, bref, de Méditerranéens.
Les propos du type "d'ailleurs je ne vous raconte pas..." ne sont pas des preuves, ni un argument pour étayer une pensée, rien ne prouve ce que vous dites, et ce que vous prétendez avoir vu ou entendu n'est ni vérifiable, ni un argument ou une preuve.

Pour le reste, concernant l'étude dans sa globalité, vous semblez vouloir à tout prix prouver un lien entre Africains du Nord et Subsahariens, en oubliant notamment la grande partie d'origine locale non subsaharienne se retrouvant dans la génétique des Nord-Africains. Mais surtout, vous paraissez extrêmement affirmatifs sur absolument tout, alors qu'une étude, ou deux études ne prouvent rien à elles seules (il faudrait énormément d'études, et dans tous le Maghreb, pour avoir plus d'éclaircissements), d'autant plus que d'autres études faites dans le passé (comme celle de Rym Kéfi en 2005, étude qui avait confirmé la part extrêmement faible de génome Subsaharien chez les Nord-Africains) disent le contraire de cette étude. Malgré cela vous ne semblez vouloir voir que ce qui vous arrange ou va dans le sens de vos idées.

En définitive c'est le sérieux des études, mais aussi leur nombre (plus on aura d'études sérieuses, plus on pourra avoir un reflet plus grand de la réalité) qui pourront affirmer ou non certaines choses, chacun devrait le comprendre.

11. Le samedi 16 mars 2019, 06:57 par liganol

@amnay

Lol, justement il y a quelques semaines la fille de l'un de mes amis qui n'est même pas métis mais a la peau très pâle a été prise pour une maghrébine par des Mahgrébins eux-mêmes et ces derniers ont été étonnés en apprenant qu'elle n'était pas Maghrébine mais antillaise. Et désolé mon cher, mais ce que j'ai dit est bien vrai et je le maintiens, plusieurs fois j'ai vu des métis être pris pour des Maghrébins par des Maghrébins eux-mêmes . Quand j'étais à l'école je me souviens de deux amies antillaises d'origine haïtiennes à la peau pâle qui étaient souvent prises pour des Marocaines par les Maghrébins de l'école. Je me souviens aussi il y a plusieurs années j'ai vu un Maghrébin insulté des femmes métis antillaises , je pense que c'étaient des sœurs et cousines, pour leur manière de s'habiller en disant qu'elles faisaient honte à leur origine, croyant qu'elles étaient maghrébines, cela a failli mal finir quand les frères et amis de ces filles sont arrivés sur la place, mais en comprenant qu'elles n'étaient pas maghrébines l'homme s'est excusé. Je pourrais aussi vous parler de la femme de l'un de mes amis qui est une métis antillaise et qui a déjà eté abordé en arabe par une Maghrébine qui la croyait aussi maghrébine et ce ne sont là que des exemples parmi d'autres. De plus je connais bel et bien des amis et connaissances métis qui sont déjà allés passer des vacances au Maghreb et qui ont bel et bien été pris là-bas pour des Maghrébins par les Maghrébins eux-mêmes, maintenant si vous ne voulez pas me croire c'est de vos affaires. D’ailleurs il y a quelques années j'ai vu sur des commentaires dans Youtube l'humoriste métis Éric Judor être pris pour un Algérien par certains Algériens d'Algérie qui ne le connaissait pas , ce sont des Algériens français qui les ont corriger et les ont dis que Eric était métis et non algérien. J'ajoute encore qu'au XVIIIe siècle il y a eu un explorateur écossais du nom de Mungo Park, si ma mémoire ne me trompe pas, qui a visité l'Afrique, quand il a été au Maghreb il a dit quelque chose comme :'' C'est fou comme plusieurs de ces gens ressemblent aux Mulâtres des Antilles ". Et le contraire est aussi vrai, j'ai aussi vu des gens prendre des Maghrébins pour des métis. Par exemple dans mon cas personnel je trouve que l'humoriste maghrébin Ramzy ressemble à plusieurs des métis que je connais et si je l'avais rencontré dans les Antilles je l'aurais pris pour un métis. Et c'est encore plus vrai dans le cas de la chanteuse marocaine de zouk, Soumia Bahri , que je pensais être une métis antillaise la première fois que je l'ai vu.

Concernant l'étude, elle n'est pas la seule il y a d'autres études qui vont dans ce sens, d'ailleurs une étude récente sortit sur ce site démontre qu'on a retrouvé chez certains néolithiques espagnoles de l'ADN sub-sahariens et on se demande comment ils sont arrivés en Espagne, et on a aussi découvert des haplogroupes Y sub-sahariens chez certains Européens aujourd'hui, et d'après ces études ces haplogroupe Y sub-sahariens seraient entrés au Paléolithique en Europe. Pour certains savants, dont Jean-Jacques Hublin , si je ne me trompe pas, à chaque période de Sahara vert il y avait des Eurasiens qui en profitaient pour descendre en Afrique sub-saharienne et des Sub-sahariens qui en profitaient pour monter dans le Nord et même sortire d'Afrique. C'est un peu ce que certaines de ces études démontrent en fait. D'ailleurs la plupart des haplogroupes Y sub-sahariens qu'on retrouve aujourd'hui chez certains Maghrébins ne dateraient pas de l'époque d'esclavage mais du Paléolithique d'après une autre étude sur ce site. Et daprès moi si plusieurs des études précédentes ne les avaient pas remarquées c'est que les techniques étaient moins avancées, ainsi avec les techniques qui deviennent de plus en plus avancées on fait de nouvelles découvertes, ainsi on a découvert une composant asiatique préhistorique chez les Européens de l'Est qu'on n'avaient pas découvert auparavant, et avec de plus en plus l'avancement et le perfectionnement de la science génétique on va sûrement encore faire plus de découvertes et découvrire d'autres traces de peuples qu'on n'est pas encore à même de découvrire encore.

Pour finir, si je doute que tout les Maghrébins d'aujourd'hui ont moins de 10 % de gènes sub-sahariens, c'est parce que j'ai remarqué, grâce à la nouvelle fonctionnalité de Ancestry et 23andme qui permet de voir le profil génétique de gens qui vous sont apparentés, que dans le profil de certains amis et connaissances certains des blancs américains avec qui ils étaient apparentés avaient de l'ADN sub-sahariens, et certains avaient jusqu'à 15 % de gènes sub-sahariens et pourtant les portraits de plusieurs de ces gens que j'ai vu étaient celui de gens aux cheveux blonds, roux, noirs, aux yeux clairs et au teint laiteux. J'en ai même vu un qui avait jusqu'à 39 % de gènes sub-sahariens et qui pouvait passer pour un Espagnol. Ce qui est sûr c'est que tous ceux que j'ai vu qui avait 15 % de gène sub-sahariens et moins étaient blancs, et il ne faut pas vraiment s'étonner quand on voit que certains quarterons (métis de 2e génération) pourraient passer pour blanc. Jai connu une fille à l'école dont l'arrière grand-mère était noire, pourtant elle était rousse, avait les yeux bleus et le teint laiteux. Tout ça pour dire que si les Maghrébins n'ont vraiment que 10 % et moins de gènes sub-sahariens et que malgré cela plusieurs d'entre eux ont le teint aussi basané eh-bien ou soit leurs ancêtres berbères avaient le teint basané, ce qui ne semble pas être le cas, ou soit ils n'avaient pas le sang fort, parce que de ce que j'ai remarqué sur les sites génétiques c'est que quand on a 10 % ou moins de l'ADN d'une ethnie cela ne se voit pas physiquement, c'est pour cela que personnellement je crois que ce sont les Maghrébins blancs de peau qui ont 10 % ou moins de gènes sub-sahariens, quant aux autres le niveau de gènes sub-sahariens est sûrement plus élevé d'après moi.

Et en passant ne me prêtez pas des intentions que je n'ai pas. De plus c'est faux que je donne plus d'importance à votre petite portion d'ADN sub-saharien qu'au reste de votre ADN ,mais ici c'était ça le sujet donc il est normal que ce soit de cette petite portion de votre ADN que je parle dans ce sujet. Et j'ajouterais que si il s'avérait que cette étude s'est trompée, eh-bien je l'accepterais et cela ne m'empêcherait pas de dormir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://secher.bernard.free.fr/blog/index.php?trackback/325

Fil des commentaires de ce billet