Durant le Dernier Maximum Glaciaire, les chasseurs-cueilleurs d'Europe on du faire face à des conditions environnementales et climatiques dramatiques. Ils ont du migrer ou s'adapter à des conditions extrêmes. A la suite du début de la déglaciation, les Alpes ont ensuite été recolonisées par les hommes. En Italie, ce processus a débuté il y a environ 17.000 ans dans le bas des vallées pré-Alpines. A cette époque les vestiges archéologiques documentent la transition entre l'Épigravettien ancien et récent. Cette dernière est également reliée au changement de population important qui débute il y a environ 14.000 ans et se manifeste notamment sur le site de Villabruna en Italie. Ces changements sont expliqués par une migration de population en provenance de l'est depuis un refuge glaciaire situé en Anatolie ou dans les Balkans, facilitée par l'amélioration des conditions climatiques. Néanmoins il apparait que cette migration commence 3000 ans plus tôt, bien qu'à faible échelle.

Eugenio Bortolini et ses collègues viennent de publier un papier intitulé Early Alpine occupation backdates westward human migration in Late Glacial Europe. Ils ont séquencé le génome d'une moitié gauche de mandibule d'un individu retrouvée sur le site de Riparo Tagliente et associée à l'Épigravettien récent. A cette époque le niveau de la mer est situé 120m plus bas qu'actuellement, et les péninsules d'Italie et des Balkans sont reliées ensemble par une vaste plaine. Le site de Riparo Tagliente représente les restes humains les plus anciens sur le versant sud des Alpes:

2020_Bortolini_Figure1.jpg, août 2020

La mandibule a été directement datée entre 16.980 et 16.510 ans. Ce résultat confirme l'appartenance de ces vestiges humains à l'Épigravettien récent.

La mandibule appartient à un homme. L'haplogroupe mitochondrial est U4'9 à la racine des deux branches U4 et U9 et l'haplogroupe du chromosome Y est I2. Les auteurs ont ensuite effectué une analyse multi-échelle basée sur la statistique f3, pour comparer le génome de cet individu avec ceux d'autres anciens individus Eurasiens. Le génome de Riparo Tagliente (étoile rouge ci-dessous) se regroupe avec le cluster de Villabruna et les chasseurs-cueilleurs de l'ouest:

2020_Bortolini_Figure3.jpg, août 2020

De plus la statistique f4 confirme que le génome de Riparo Tagliente partage une affinité génétique avec le cluster de Villabruna et qu'il comporte une composante du Proche-Orient. Il y a donc une discontinuité génétique avec les populations Européennes précédentes. L'individu de Riparo Tagliente est donc l'un des premiers a occuper les pentes sud des Alpes en provenance du refuge glaciaire du sud-est après le Dernier Maximum Glaciaire.