Aujourd'hui, seuls trois génomes d'homme moderne d'Eurasie vieux de plus de 40.000 ans sont disponibles: l'individu d'Ust’-Ishim en Sibérie, celui de Tianyuan en Chine et celui d'Oase en Roumanie. Kay Prüfer et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: A genome sequence from a modern human skull over 45,000 years old from Zlatý kůň in Czechia. Ils ont séquencé le génome d'un individu dont le squelette a été découvert entre 1950 et 1953 en Tchéquie dans les grottes de Koněprusy. Cet individu a été nommé Zlatý kůň du nom de la colline située au-dessus de ces grottes. L'analyse anthropologique du squelette permet de dire qu'il s'agit d'une femme:

2021_Prüfer_Figure1.jpg, avr. 2021

Le mobilier archéologique retrouvé dans ces grottes date du début du Paléolithique Supérieur, bien qu'aucun objet ne soit directement associé au squelette. Plusieurs tentatives de datation directes ou indirectes ont été effectuées menant à des valeurs comprises entre 15.000 et 34.000 ans. Ces résultats différents suggèrent une forte contamination des mesures radiocarbone probablement due à la présence de colle à base animale utilisée pour la préservation des ossements. La datation réelle pourrait donc être plus ancienne.

Les auteurs ont déterminé l'haplogroupe mitochondrial de cet individu: N:

2021_Prüfer_Figure2a.jpg, avr. 2021

Le nombre de mutations qui séparent cet individu d'autres anciens individus comme ceux de Bacho Kiro permet d'estimer l'âge de cet individu: environ 43.000 ans.

L'analyse du génome nucléaire confirme que cet individu est une femme. La découverte de la présence d'ADN de bovin indique que cet individu a été restauré avec de la colle animale à l'origine de la contamination des datations radiocarbone.

L'utilisation des statistiques f3, f4 et D montre que la femme de Zlatý kůň possède plus d'affinité génétique avec les populations Asiatiques et moins avec les populations Européennes contemporaines. Ce résultat n'est pas nouveau pour des anciens hommes modernes d'Eurasie et pourrait être dû notamment à la présence d'ascendance Basal Eurasian chez les populations Européennes. Cette dernière ascendance n'est pas présente chez les chasseurs-cueilleurs Européens, mais chez les anciens individus du Caucase du Proche-Orient et du Levant. Par contre l'individu de Zlatý kůň ne possède pas plus d'affinité génétique avec les chasseurs-cueilleurs Asiatiques qu'avec les chasseurs-cueilleurs Européens. Ainsi il se trouve à la base de la divergence entre les populations Européennes et Asiatiques, comme les anciens individus d'Ust’-Ishim et d'Oase. De plus l'individu d'Ust’-Ishim possède plus d'affinité génétique avec les anciens individus d'Eurasie plus récents, que la femme de Zlatý kůň suggérant ainsi que cette dernière fait partie d'une population qui a divergé plus tôt que la population représentée par l'individu d'Ust’-Ishim:

2021_Prüfer_Figure2c.jpg, avr. 2021

D'autre part la femme de Zlatý kůň possède 3,2% d'ADN de Néandertal. Cette valeur est nettement inférieure à l'ADN de Néandertal trouvé chez l'individu d'Oase mais légèrement supérieure aux autres anciens chasseurs-cueilleurs d'Eurasie:

2021_Prüfer_Figure3a.jpg, avr. 2021

Les auteurs ont également localisé les différents segments d'ADN de Néandertal à l'intérieur du génome de la femme de Zlatý kůň:

2021_Prüfer_Figure3b.jpg, avr. 2021

L'analyse de la répartition de la longueur des différents segments d'ADN de Néandertal permet d'estimer la date de mélange génétique entre les hommes modernes et l'homme de Néandertal parmi les ancêtres de la femme de Zlatý kůň. Ce mélange a eu lieu entre 70 et 80 générations avant le moment ou vivait cette femme. Cette valeur est inférieure à l'estimation qui avait été faite pour l'individu d'Ust’-Ishim pour qui le mélange génétique avait eu lieu entre 94 et 99 générations avant qu'il vivait. Si on considère que le mélange génétique qui a eu lieu chez les ancêtres de l'individu de Zlatý kůň est le même événement de mélange génétique qui a eu lieu chez les ancêtres de l'individu d'Ust’-Ishim, on en déduit que l'individu de Zlatý kůň doit être plus ancien que celui d'Ust’-Ishim vieux d’environ 45.000 ans.

Enfin l'analyse de différents marqueurs phénotypiques montre que la femme de Zlatý kůň ne pouvait pas digérer le lait, qu'elle avait la peau sombre et les yeux marrons.