Génomes anciens de nomades de l'Âge du Bronze et de l'Âge du Fer des steppes Ponto-Caspiennes

Les steppes Ponto-Caspiennes s'étendent du sud de l'Oural à l'ouest de la région nord Pontique. Elles furent le témoin de nombreux changements démographiques dans le passé. Durant l'Âge du Bronze et l'Âge du Fer, la région fut habitée par une succession de populations nomades qui ont eu un impact significatif sur le développement culturel de l'Europe et de l'Asie. Le plus connu de ces groupe est constitué par la population de la culture Yamnaya de l'Âge du Bronze Ancien, dont les migrations ont introduit une composante génétique du Caucase en Europe, en premier lieu dans la culture Cordée. Durant la fin de l'Âge du Bronze et l'Âge du Fer, entre 1800 av. JC et 400 ap. JC, plusieurs cultures se sont succédées dans les steppes comme les cultures Srubnaya et Alakulskaya (Andronovo) entre 1800 et 1200 av. JC associées à des petits habitats distribués entre l'Oural et la vallée du Dniepr. A partir de 1000 av. JC, les Cimmériens apparaissent dans l'ouest des steppes Ponto-Caspiennes, suivis par les Scythes qui occupaient une région située entre l'Altaï et les montagnes des Carpates, entre 700 et 300 av. JC. Leur déclin a été provoqué notamment par l'arrivée des Sarmates qui ont peuplé la région jusque vers 400 ap. JC.

Maja Krzewińska et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Ancient genomes suggest the eastern Pontic-Caspian steppe as the source of western Iron Age nomads. Ils ont séquencé le génome de 35 individus de l'Âge du Bronze et de l'Âge du Fer des steppes Ponto-Caspiennes, appartenant à quatre groupes différents: la culture Srubnaya-Alakulskaya (13), les Cimmériens (3), les Scythes (14) et les Sarmates (5) dont les dates s'échelonnent entre 1900 av. JC et 400 ap. JC. Ces génomes ont été comparés à ceux obtenus d'autres populations anciennes d'Eurasie, notamment aux Scythes analysés dans une étude précédente (Scythes de l'ouest, Sarmates, Zevakino-Chilikta, Aldy Bel, Pazyryk et Tagar/Tes):
2018_Krzewinska_Figure1B.jpg
2018_Krzewinska_Figure1A.jpg

Les haplogroupes mitochondriaux des individus de la culture Srubnaya-Alakulskaya sont tous de l'ouest de l'Eurasie (H, J1, K1, T2, U2, U4 et U5), alors que ceux des individus de l'Âge du Fer incluent, en plus des haplogroupes ouest Eurasiens, des haplogroupes d'Asie Centrale et de l'est: A, C, D et M. L'absence d'haplogroupe est Asiatique dans la culture Srubnaya-Alakulskaya de l'Âge du Bronze suggère que ces influences est Asiatiques arrivent dans les steppes seulement à partir du début de l'Âge du Fer, avec les Cimmériens.

Les haplogroupes du chromosome Y de 17 des 18 hommes de cette étude appartiennent aux haplogroupes R1a (Âge du Bronze) et R1b (Âge du Fer). De manière intéressante l'haplogroupe R1b est celui également des individus de la culture Yamnaya de l'Âge du Bronze Ancien. Le dernier homme de l'Âge du Fer (Cimmérien) est de l'haplogroupe Q1 originaire d'Asie de l'Est.

Les auteurs ont ensuite réalisé une Analyse en Composantes Principales:
2018_Krzewinska_Figure1C.jpg

Les individus de la culture Srubnaya-Alakulskaya (gros disques rose) se regroupent avec les Européens du nord et du nord-est, les Cimmériens (gros triangles bleu clair) ne sont pas homogènes, les Scythes (gros triangles bleu foncé) montrent une forte diversité et se partagent en quatre groupes distincts: nord Européen (pointillés orange), sud Européen (pointillés marron), steppes (pointillés bleu clair) et un groupe central (pointillés violet). Enfin un Scythe se situe à part, proche des est Asiatiques (en haut de la figure ci-dessus). Finalement les Sarmates (gros triangles verts) se regroupent avec les Scythes du groupe des steppes.

Les auteurs ont ensuite réalisé une analyse avec le logiciel ADMIXTURE:
2018_Krzewinska_Figure2C3D.jpg

Les individus de la culture Srubnaya-Alakulskaya possèdent une forte composante Mésolithique Européenne (en orange), une forte composante des chasseurs-cueilleurs du Caucase (en vert clair) et une faible composante Néolithique Européenne (en rouge foncé). Ils sont similaires génétiquement aux individus préalablement publiés des cultures Srubnaya et Andronovo, mais également un peu aux cultures Européennes: Cordée, Campaniforme et Unetice, bien qu'avec moins de composante Néolithique. La statistique f4 montre que les individus de la culture Srubnaya-Alakulskaya ont récupéré leur composante chasseur-cueilleur du Caucase, des individus de la culture Yamnaya. Ils ont également un peu de composante violette du sud Asiatique qui pourrait suggérer un ancien contact avec les populations de la région Bactriane, et ainsi mettre en évidence le réseau complexe des migrations steppiques.

Le Cimmérien le plus récent se regroupe avec les Sarmates, un Srubnaya-Alakulskaya et trois Scythes du groupe des steppes sur la PCA. Les deux autres Cimmériens plus anciens se situent plus haut dans la PCA, proche des individus de l'Âge du Fer de la région de l'Altaï et de l'ouest de la Mongolie. La statistique f4 montre que les Cimmériens anciens partagent plus d'affinité génétique avec les individus de la culture Karassouk. Ils possèdent une forte composante orange des chasseurs-cueilleurs Européens (WHG) et une forte composante vert clair des chasseurs-cueilleurs du Caucase (CHG), mais également une faible composante rouge foncé des Néolithiques Européens, vert foncé du nord-est Asiatique et bleu clair du Sud-est Asiatique. La composante Néolithique Européenne est plus forte chez le Cimmérien le plus récent, alors que les composantes Est Asiatiques y sont plus faible. Ces résultats suggèrent une origine plus orientale des Cimmériens que les individus de la culture Srubnaya-Alakulskaya, et un accroissement de la composante Néolithique avec le temps chez les Cimmériens. Cette origine orientale se retrouve également dans l'unique individu de cette étude d'haplogroupe du chromosome Y: Q.

Les Scythes apparaissent au nord de la zone Pontique vers le 7ème siècle av. JC. Ils possèdent plus de diversité génétique que les groupes de l'Âge du Bronze. Ils forment quatre groupes génétiques distincts. Les Scythes du groupe sud Européen sont proches des individus de l'Âge du Bronze et de l'Âge du Fer de Hongrie. Les Scythes du groupe nord Européen sont proches des individus de l'Âge du Fer de Suède et du Monténégro. Les Scythes du groupe des steppes se regroupent avec les Sarmates.

La statistique f4 montre que les Scythes sont proches des individus de la culture Andronovo, supportant ainsi l'hypothèse de leur origine en Asie Centrale. Ils possèdent plus d'affinité génétique avec les individus des cultures Andronovo, Afanasievo, Sintashta et Mezhovskaya, qu'avec les individus de la culture Yamnaya. Les Scythes du groupe nord Européen ont une composante ouest Eurasienne plus importante, alors que les Scythes du groupe sud Européen ont une composante Néolithique plus importante. Cette dernière est également présente chez les Scythes du groupe central qui possèdent également une composante sud Asiatique comme les Cimmériens et les Sarmates. L'individu isolé scy332 a de plus une composante bleu clair du sud-est Asiatique, et est plus proche des individus de la culture de Karassouk.

Les Sarmates se regroupent avec les Scythes du groupe des steppes et trouvent probablement leur origine chez les Scythes de la région du sud de l'Oural.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://secher.bernard.free.fr/blog/index.php?trackback/353

Fil des commentaires de ce billet