Les hommes modernes sont présents en Asie de l'est depuis 80.000 ans. Aujourd'hui seul un individu vieux de 40.000 ans issu de la grotte Tianyuan de la région de Pékin en Chine a été séquencé. Il est plus proche génétiquement des populations actuelles d'Asie de l'est que des Européens, mais cependant partage beaucoup d'allèles avec un individu de Belgique vieux de 35.000 ans: Goyet Q116-1. En Sibérie quatre anciens hommes modernes plus vieux que 20.000 ans ont été étudiés génétiquement: un individu vieux de 45.000 ans à Ust'-Ishim en Sibérie de l'ouest, un individu vieux de 24.000 ans à Mal'ta en Sibérie du sud et deux individus vieux de 31.000 ans à Yana en Sibérie du nord-est.

En 2006 une calotte crânienne a été découverte dans la vallée de Salkhit en Mongolie. Elle a été datée entre 34.950 et 33.900 ans par radiocarbone. Une analyse génétique précédente a déterminé sa séquence mitochondriale.

Diyendo Massilani et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Denisovan ancestry and population history of early East Asians. Ils ont séquencé le génome nucléaire de la calotte crânienne de Salkhit. Cet individu est une femme qui fait partie des hommes modernes.

Les statistiques f3 et D montrent que l'individu de Salkhit est plus proche des populations actuelles d'Asie de l'est et des Amérindiens que des populations actuelles de l'ouest de l'Eurasie:

2020_Massilani_Figure1B.jpg, juin 2020

Cependant les Eurasiens de l'ouest partagent plus d'allèles avec l'individu de Salkhit qu'avec celui de Tianyuan. L'individu de Salkhit partage autant d'allèles avec l'individu de Tianyuan qu'avec les deux individus de Yana, mais les individus de Tianyuan et de Yana partagent moins d'allèles l'un avec l'autre qu'avec l'individu de Salkhit, ce qui suggère qu'un flux de gènes s'est produit entre les populations ancestrales de l'individu Salkhit et des individus Yana avant environ 34.000 ans, c'est-à-dire entre les premières populations en Asie de l'Est et en Sibérie après la divergence des Eurasiens de l'Est et de l'Ouest. Enfin l'ancien individu de Belgique Goyet Q116-1 partage plus d'allèle avec l'individu de Salkhit qu'avec les autres anciens individus d'Europe.

Le modèle démographique obtenu par les auteurs est le suivant:

2020_Massilani_Figure2.jpg, juin 2020

Dans ce modèle, l'individu de Tianyuan est représentatif des premières populations d'Asie de l'est tandis que les individus de Kostenki et Sunghir sont représentatifs des premières populations d'Eurasie de l'ouest. L'individu de Salkhit possède environ 75% d'ascendance d'Asie de l'est et 25% d'ascendance issue d'une population de Sibérie reliée aux individus de Yana. D'après une étude précédente, les individus de Yana possèdent environ 1/3 d'ascendance est Asiatique et 2/3 d'ascendance ouest Eurasienne. Ainsi il est probable que l'ascendance ouest Eurasienne soit arrivée en Asie de l'est il y a un peu plus de 34.000 ans, via les populations Sibériennes.

Les auteurs ont ensuite estimé la proportion d'ascendance de Neandertal chez l'individu de Salkhit. Elle est d'environ 1,7%, similaire aux autres Eurasiens. Cette ascendance de Neandertal est plus proche de l'homme de Neandertal de Vindja que de celui de la grotte Denisova dans l'Altaï. L'individu de Salkhit possède également de l'ascendance issu des Dénisoviens, comme d'ailleurs l'individu de Tianyuan. Par contre l'individu de Ust'Ishim ne possède pas d'ascendance Dénisovienne. Le taux de proportion d'ascendance Dénisovienne divisée par la proportion d'ascendance Néandertalienne est respectivement de 7,5% et 8,1% chez les individus de Salkhit et de Tianyuan. Chez les individus de Yana, il est de 3,9% et 4,7%. La figure ci-dessous indique la distribution des ascendances archaïques chez l'individu de Salkhit:

2020_Massilani_Figure3A.jpg, juin 2020

Cette ascendance Dénisovienne chez les anciens est Asiatiques est proche de celle des populations est Asiatiques continentales actuelles et plus éloignée de celle des populations de Papouasie et des aborigènes Australiens.